L’histoire de Silenes

Hêtre sur le Mont Beuvray

Formée à la gestion des espaces naturels, l’aménagement du territoire et la médiation paysagère, j’ai exercé pendant 10 ans des missions d’urbanisme et paysages. Plusieurs années m’ont été nécessaires pour prendre conscience de l’importance de me relier à mon essence et de concilier ma vie professionnelle et personnelle.


Mon activitée est motivée par mon désir de :
  • Contribuer à la conservation d’espèces locales
  • Diffuser les plantes en vue de restaurer notre biodiversité
  • Participer à l’adaptation au changement global et au développement des bénéfices réciproques Homme / Nature

Plusieurs rencontres ont été décisives pour me décider à me lancer et je tiens à remercier tout d’abord Flavienne SAPALY, Humanart (Psychanalyse symbolique et coach à Lyon), qui m’a amenée à définir mes aspirations profondes et à la construction de mon projet.

Et pour m’avoir soutenue depuis les premiers jours et aidée à concrétiser cette activité, je remercie du fond de mon cœur, mon compagnon, Olivier THIEBAUT. Sa présence et son investissement rendent possible cette aventure.

Je remercie spécialement avec toute mon amitié Jacques GIRARDEAU, Le Jardin de Sauveterre (en Creuse), qui me transmet avec bienveillance au fil des saisons, ses savoir-faire en matière de cueillette, de séchage et de tri des graines de fleurs sauvages.

Également un très grand plaisir d’avoir pu travailler plusieurs mois en binôme à l’Herbularium avec Virginie COUTANCE, animatrice en permaculture (Avallon, 89), qui a repensé ce jardin et a contribué à l’émergence de mon activité.

Je suis également reconnaissante envers les propriétaires qui acceptent la cueillette sur leurs terrains et en particulier le Parc naturel régional du Morvan pour l’accueil de mon activité.

Pour avoir partager leurs expériences et savoirs, un grand merci aux producteurs du Morvan et de l’ouest de la France : Karine et Yanik LOUBET, Ferme Auberge de la Chaume des buis (21); Magalie MOREAU et Patrick POURQUOI, DuBODuBonDuBio (58); Laurent GRELET, La boîte à graines (85); Laure LE BERRE et Théo; L’atelier des Bons Plants (56); Marie-Noëlle MARTIN, Les Graines dans le vent (17); Céline HOUDE, La ferme du Bouejo (58); Bertille, La ferme du Preney (21); Thierry DENIS, Les jardins du Morvan (58); Chloé FOURCAULT, Tisanes Dan de lion (89).

Je tiens également à remercier aussi Philippe DUCHARNE, Coach en création d’entreprise (Alligny en Morvan, 58), pour nos séances de remue-méninges et ses outils numériques.

Un logo chargé de symboles

Compagnon rouge

Silenes, évoque le Compagnon rouge (Silene dioica), qui est l’une des premières plantes que j’ai rencontrées dans le Morvan lors de mes prospections. Très présente, elle m’a accompagnée lors de la construction de mon projet et elle a été l’une des premières récoltées.

En outre, c’est aussi une manière de faire honneur à toutes les autres plantes qui nous entourent et qui sont de véritables « compagnes » dans nos vies. Que l’on en soit conscient ou non, elles sont là tout autour de nous pour nous nourrir, nous soigner, nous protéger, nous émerveiller…

logo Silenes

Mon logo, représente également l’énergie universelle en nous et autour de nous, sous forme de fleur de vie, qui diffuse et rayonne autour de soi à travers sa forme géométrique et ses graines dispersées au grès du vent, des rencontres…

La couleur rose magenta est inspirée de celle de la fleur du Compagnon rouge. Merci à Amandine CHAINE de m’avoir fait part de la symbolique de cette couleur : « Elle a pour signification le lien caché et sacré qui unit le corps et l’esprit, le cœur du cœur, la source… Elle est la fusion du rouge racine et de l’indigo, porte de la vision médiumnique, cette couleur magenta se trouve enfouie au plus profond de nous-même, au cœur même du temple de notre fort intérieur. Elle aide en cas de besoin d’amour, d’affection, de liens et d’interactions et aussi en cas de besoin de jouer ou de rêver. »

Enfin, petit clin d’œil à la mythologie grecque ! Le nom qui désigne le genre Silene a été donné par Linnée (célèbre botaniste suédois) en référence au satyre Silene, le tuteur de Dionysos. Les fleurs des Silenes, particulièrement renflées, lui ont rappelé ce personnage souvent représenté comme bedonnant et jovial qui célèbre la vie en s’enivrant.